Razia

Madagascar Fusion malgache

Biographie :

Chanteuse, compositrice malgache, mais aussi militante écologiste, Razia Said revient dans son pays d’origine après plusieurs années d’absence et s’aperçoit que son pays souffre des changements climatiques sans que rien ne soit fait. Elle décide, elle, d’agir...

Mais revenons aux tout débuts. Razia Saïd naît à Madagascar en 1959. Élevée par ses grands-parents dans le nord-est de l‘île, elle grandit au son du salegy, un rythme typique de Madagascar, mais aussi dans un bain de chanson française, britannique et américaine. Au début des années 1970, elle rejoint sa mère qui s’est installée au Gabon. Elle y découvre les chœurs de l’église toute proche, elle qui fut jusque là élevée dans la religion musulmane. Désireuse d’y prendre part, elle se convertit au catholicisme ! Là-bas, elle fait connaissance avec les grands artistes de la sous-région : Fela Kuti, Pierre Akendengué, Papa Wemba...

Après trois ans passés au Gabon, elle part poursuivre ses études en France où elle décroche un doctorat de pharmacie et prend des cours de guitare. Elle commence à Paris une carrière de mannequin, d’actrice et de musicienne. En 1987, elle embarque pour New York et vit alors régulièrement à Bali, en Indonésie. Son tour du monde ne s’arrêtera pas là : elle vit également à Milan et à Ibiza, travaillant dans la mode, dans le cinéma et peaufinant son style musical.

Grâce au soutien de son mari, musicien et réalisateur, Razia Saïd enregistre son premier album. Fière d’y être enfin parvenue mais pas tout à fait satisfaite du résultat final, elle décide alors d’enregistrer un album en langue malgache, avec des instruments de l’île. Elle se lance dans l’aventure en 2006, d’abord en Belgique puis à Madagascar, partant à la rencontre des musiciens de là-bas. C’est à ce moment là qu’elle prend conscience des ravages dus aux changements climatiques, qui mettent en danger les cultivateurs. Ainsi naît, plusieurs années plus tard, Zebu Nation, un album tant acclamé, marqué par cette prise de conscience de l’urgence dans laquelle se trouve son pays.

Pour alerter sur la situation dramatique dans laquelle pourrait se retrouver Madagascar, Razia organise l’événement Mifohaza Masoala (Wake Up Masoala), à proximité de la forêt du même nom, en octobre 2011. Juste avant le concert, 20 000 arbres sont plantés par les habitants. Mais cela ne suffit pas. Avec les mêmes artistes, elle met sur pied le Wake Up Madagascar Tour, célébration du salegy, de ses rythmes et de ses chants, pour une prise de conscience collective qu’il y a urgence à agir, à Madagascar comme ailleurs.

Décidément jamais à cours d’énergie, Razia monte en 2014 le Wake Up Madagascar 2, avec notamment deux des plus grands artistes malgaches, Jaojoby et Rajery. Et continue à alerter sur la situation de l’environnement dans son pays et au-delà.

Son deuxième album, Akory, sorti en févirer 2015 sous le label Wake Up Music, rassemble quelques-uns des musiciens les plus talentueux de Madagascar. Doté d'une approche plus dépouillée, l’opus a été produit sur quatre continents au cours des quatre dernières années, plongeant l’artiste engagée encore plus profondément au cœur de ses racines malgaches. Un périple qui amène à se questionner encore plus… Akory… qui signifie «où en sommes-nous maintenant ?» et qui nous fait vibrer au son d’une musique qui explore les défis politiques et environnement auxquels fait face son île natale.

Razia

You may need: Adobe Flash Player.

Les spectacles de l'artiste: