Moustafa Kouyaté et Romain Malagnoux

Musique du Monde

D'origine française, Romain Malagnoux, guitariste et chanteur, réside à Québec depuis 8 ans. C’est en 2009 qu’il concrétise un rêve qu’il chérit depuis une dizaine d’années en se rendant quatre mois au Mali pour découvrir les traditions musicales de ce peuple et de cette culture si riche. Inspiré par le travail artistique de Bassékou Kouyaté, il commence à suivre des cours de djeli n’goni, cette petite guitare africaine ancêtre du banjo.

C’est par hasard que Romain, bénévole au Festival au Désert de Tombouctou, fait justement la rencontre de Bassékou Kouyaté (deux nominations aux Grammy Awards en 2011, Prix Miroir du Festival d’été de Québec 2010). Après quelques échanges des plus sympathiques celui-ci l’invite… à prendre le thé! De retour à Bamako, Bassékou lui présente son fils Moustafa Kouyaté, issu de cette lignée qui est considérée au Mali comme les rois des griots. Entre lui et Romain, la chimie opère aussitôt. Le projet de réaliser un album s’imposera de lui-même. Plusieurs pièces voient alors le jour... le plus souvent la nuit, sur un toit balayé d’un vent tiède, dans les hauteurs de Bamako. Parfois, Diamy Sacko rejoignait les deux rêveurs pour poser sa voix sur leurs improvisations.

En 2011, lors d’un second séjour au Mali, Romain et Moustafa écrivent et enregistrent au studio de Salif Keita, les douze pièces qui composent l’album intitulé « Les frontières imaginaires ».

Le résultat de leurs échanges s’avère être un savant et harmonieux métissage entre des mélodies d’inspiration traditionnelle et des rythmes folk. Leurs influences,  Bassékou Kouyaté bien sûr, mais aussi Habib Koité et Rodrigo & Gabriela. Blues malien, ballades, chansons énergiques et dansantes, le tout imprégné des traditions et vibrations musicales du peuple malien, chantés en bambara et en français.

La plupart des musiciens de l'album sont des membres de la famille Kouyaté ou des proches (Bassékou Kouyaté, Diamy Sacko, Amy Sacko et Alou Coulibaly). Nous pouvons également entendre le balafoniste de renom, feu Kélétigui Diabaté, qui a accepté l’invitation de jouer sur Les frontières imaginaires. Deux autres musiciens viennent enrichir cet opus. Marc Fournier, originaire de Québec, a posé ses lignes de basse avec simplicité et richesse et Cye Wood (violoniste, rencontré au Festival d'été de Québec alors qu'il jouait avec Yeshe) a su ajouter une autre couleur depuis l'Australie où il réside. La preuve, s’il en fallait une, que les frontières ne sont bien qu’imaginaires…

 

 

  • Ref: AFR2-2125
  • Genre: Musique du Monde
  • Année: 2013

Listes des pistes:

  • 1. Bassékou
  • 2. La ligne bleue
  • 3. Saro
  • 4. Teriya
  • 5. La paix
  • 6. Tamala
  • 7. Fanga
  • 8. Douga
  • 9. Québec
  • 10. Adja niai mousso
  • 11. Fiin Kouma
  • 12. Diarabi

Artistes reliés