Menu
Festival Nuits d'Afrique
Le meilleur de la musique du monde !

Maya Kamaty

Biographie :

Lorsqu’elle était adolescente, Maya Kamaty (qui s’appelait alors Maya Pounia) n’envisageait pas de devenir chanteuse, bien qu’elle ait été élevée par un père musicien et une mère conteuse. Et pourtant, cet univers musical et poétique qui a tant imprégné sa jeunesse a fini par la gagner. Ses parents et leur entourage (des écrivains, des chanteurs et des poètes, dont Alain Peters, ou les musiciens du groupe de son père, Ziskakan, l’un des groupes phares de la scène réunionnaise) ont nourri peu à peu son imaginaire et sa sensibilité. Et elle s’est finalement emparée à son tour de la langue créole et du Maloya, la musique traditionnelle de la Réunion, son île natale.

 

Il lui faut partir pour mieux revenir : en 2006, elle s’envole vers Montpellier, dans le sud de la France, pour des études en médiation culturelle. Son éloignement contribue à son envie de mettre en valeur le créole, une langue longtemps brimée mais fièrement défendue par les artistes – notamment ses parents, qui ont toujours milité pour sa reconnaissance. Elle fait ses débuts sur scène et retourne finalement vivre à la Réunion, sachant désormais quelle est sa voie. Elle ajoute le second prénom Kamaty à la suite de Maya, et fonde son groupe actuel, dont les chansons mêlent avec grâce Maloya et folk contemporain.

 

Elle sort son premier album, Santié Papang, composé de chansons en créole mais aussi en français (les deux titres écrits par le poète mauricien Michel Ducasse). Un album où les instruments traditionnels épousent la musique acoustique, et dont les textes sont chargés d’histoire comme d’imaginaire.

 

Aujourd’hui pourtant, Maya Kamaty choisi de délaisser l’acoustique de ce premier opus et de faire évoluer en profondeur sa musique : «Cela aurait été trop facile de refaire Santié Papang, j’ai besoin de me mettre en danger, de prendre des risques».

 

Maya Kamaty et sa clique ont trouvé le juste équilibre entre l’organique et l’électronique. Leur maloya réinventé n’appartient plus seulement à La Réunion, mais au monde. Il n’empêche : l’émotion reste dans la pulsation, les messages dans les images, force vive de la langue créole.

 

Avec un deuxième album, réalisé par Victor-Attila Vagh (Flavia Coelho), parvient le temps de la confirmation, on dira ici de l’affirmation. Avec Pandiyé, cette « femme, artiste, créole, fille de…, conscientisée et obstinée », selon ses propres termes, a trouvé le son à même de porter sa voix puissante. Une voix de brise ou de braise, capable de toutes les variations. Et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’elle en fait sur scène la démonstration.

 

Qu’on se le dise : Maya Kamaty est bien décidée à porter loin la richesse des sonorités de son île et à faire chanter, à sa façon, le verbe et l’âme créole actuels.

Maya Kamaty
Île de la Réunion
Festival International Nuits d'Afrique
Musique réunionnaise, jazz, maloya
Écouter

INFOLETTRE

Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir en premier les informations et offres exclusives du Festival et des concerts à l'année !